Puzzle travail des enfants aux Etats-Unis

Le travail des enfants

Logo général
 

Aux États-Unis

Petite serveuse de 12 ans travaillant dans un self service californien (photo Sygma/JP lafont)En fait, des enfants travaillent de façon habituelle dans tous les pays industrialisés et l'on trouve dans beaucoup d'entre eux des formes dangereuses du travail des enfants. Les Etats-Unis ne sont pas épargnés. Par exemple, l'agriculture emploie des enfants, dont la plupart sont issus de minorités ethniques ou de groupes d'immigrants. Une enquête réalisée en 2000 sur les enfants mexico-américains occupés dans les exploitations agricoles de l'État de New York a montré que près de la moitié avaient travaillé dans des champs encore humides de pesticides et que plus d'un tiers avaient été touchés par des pulvérisations.

Ce serait près de 5 millions d'enfants qui travailleraient de manière importante (source B.I.T). A la tradition du " job " (voir travail des enfants en Angleterre) vient s'ajouter la précarité d'une partie de la population (selon les statistiques publiques, six millions d'enfants vivent dans la pauvreté, surtout parmi les minorités noires et hispaniques).

Selon un rapport de Human Rights Watch, qui qualifie le travail effectué par les enfants de "dangereux et exténuant", les accidents de travail sont fréquents, et notamment les blessures sur des outils. Alors que le salaire horaire minimum en vigueur est de $5.15, ces enfants sont parfois payés un ou deux dollars de l’heure. Ils ne bénéficient d’aucune couverture sociale, et très souvent ne sont pas scolarisés, étant donnée l’impossibilité de concilier vie scolaire et travail dans les champs.
Cette exploitation constitue dans les faits une forme de discrimination raciale, puisque, comme l’explique le rapport, "sur tout le territoire, on estime que 85% des saisonniers et ouvriers agricoles appartiennent à des minorités raciales". En Arizona par exemple, 99% des travailleurs dans les champs sont d’origine "latino".

Les enfants qui travaillent sont souvent ceux des working poors (travailleurs pauvres occupant des emplois précaires - problème qui commence à toucher la France), des familles monoparentales, des immigrés récents ou clandestins et des familles de chômeurs. Ces enfants gagnent un peu d'argent comme livreurs de pizzas, serveurs de fast-food, laveurs de voitures, employés de supermarchés, voire d'ateliers de confection.

Les législations sur l'âge minimal, les horaires, les salaires ou les manipulations de certains outils varient selon les États, mais les infractions sont nombreuses : les contrôles fédéraux en ont relevé 42 000 en 2006. Chiffre peut-être plus révélateur : 227 000 enfants ont été victimes d'accidents du travail dans la période 1985-2005 (CISL - 2006), en majeure partie dans l'agriculture. Ce secteur emploierait en effet jusqu'à 800 000 enfants, selon une estimation de la United Farmworkers Union (syndicat des travailleurs agricoles).

Ces enfants travaillent dans les grandes exploitations de fruits, de houblon ou de légumes des États du sud (Floride, Californie…). Ils sont surtout issus de familles d'ouvriers agricoles hispanophones, dont le revenu n'excède pas 6 000 dollars par an (environ 6 100 €) contre 28 000 dollars pour une famille américaine moyenne (environ 28 200 €).

Rappel de la réglementation

Le chapitre consacré au « travail des enfants » du « Fair Labor Standards Act » (FLSA) vise à protéger les jeunes travailleurs de moins de 18 ans. Il est interdit de faire effectuer un travail à des jeunes de moins de 18 ans pouvant porter atteinte à leur éducation, à leur santé et à leur développement. Des plages horaires sont déterminées ainsi qu’une liste d’activités considérées plus à risque. Le « Hazardous Orders » (HOS) identifie une liste d’occupations considérées dangereuses pour les jeunes travailleurs. Notons que les restrictions sont moins importantes en agriculture. La plupart des restrictions ont été élaborées entre 1939 et 1963 et ne tiennent donc pas compte des mutations du monde du travail. Depuis 1970, seulement deux d’entre elles ont fait l’objet d’amendement. Par exemple, dans les secteurs d’activité autre que l’agriculture, il est interdit à un jeune de moins de 18 ans de travailler dans les mines de charbon, d’effectuer des opérations de démolition, de toiture ou d’excavation. L’utilisation de certaines machines dangereuses tels les scies électriques, les machines à couper la viande, les charriots élévateurs est également interdite au moins de 18 ans. D’autres restrictions s’appliquent aux jeunes travailleurs âgés de 14-15 ans telle l’utilisation de tondeuses, de coupe-bordure, le travail sur des échafaudages ou avec des échelles. En agriculture, la loi fédérale ne prévoit aucune restriction pour les jeunes travailleurs âgés de 16 à 17 ans.

En 1998, le « National Research Council/Institute of Medicine Reports, Protecting Youth at Work » recommandait une mise à jour et une révision des différentes restrictions concernant le travail des mineurs. Un rapport comprenant 54 recommandations a été publié en mai 2002. À ce jour, aucune modification n’a été faite à la réglementation protégeant les jeunes travailleurs américains.

 

 

| A PROPOS | |STATISTIQUES DU SITE| |PLAN DU SITE| |RECHERCHE| |BANNIERES| |CONTACT| |QUOI DE NEUF SUR LE SITE ?|

Copyright © 1999-2017 - Reproduction autorisée avec la mention :
"diffusé sur le site de Jean-Charles Champagnat : www.droitsenfant.fr"  
Reproduction des illustrations interdite sauf autorisation

    | Mentions légales |